27/07/2011

THE DISCOVERY OF BROKEN GOTHIC MIDGET ORNAMENTS IN THE PRIORY OF ROO KLOOSTER IN

LES ORNEMENTS GOTHIQUES EN PIERRE D’AVESNES DE ROUGE – CLOÎTRE

 

 Un dépôt de 370 fragments d’ornements de style gothique, sculptés dans de la pierre calcaire tendre provenant probablement d’Avesnes Le Secq (F), a été mis à jour en juin 2002 lors des fouilles de sauvetage effectuées sur le site de l’ancien prieuré augustin de Rouge-Cloître. Le dépôt se situait à plus d’un mètre de profondeur à proximité des fondations de l’infirmerie du couvent. Les pièces, qui étaient toutes brisées et  abîmées en surface, présentaient des formes et dimensions  extrêmement variés. La plupart étaient encore partiellement recouvertes  de leur enduit calcaire. En dehors de quatre consoles de grande taille ornées de motifs végétaux et  d’un buste miniaturisé intact d’enfant, l’ensemble des pièces provenait  de modèles réduits d’architecture ornementale, ce qui indique qu’elles faisaient partie d’un mobilier d’église.

 

Rouge Cloître mini architecture gothique.jpg

 

La reconstitution de plusieurs ensembles ornementaux à partir de fragments avoisinants a permis tout d’abord d’identifier plusieurs types d’éléments architecturaux en miniature de dimensions variées,  certaines symétriques la plupart  asymétriques. Il s’agit  notamment de piliers fasciculés portant deux ou trois arêtes, de piliers portant un pinacle, de pinacles isolés, de flèches à triple montant, de voussures, de remplages. Par ailleurs, les tentatives de reconstitution ont montré que la collection de fragments était très incomplète. Ce qui implique que la majeure partie du mobilier détruit (70 à 90 %) devait se trouver ailleurs dans le site. Dans ces conditions il s’avérait difficile de déduire de quel type de mobilier en pierre ces éléments faisaient partie. Néanmoins, certaines caractéristiques architecturales des ensembles reconstitués semblent indiquer qu’il s’agissait d’une construction étagée, dont les dimensions et /ou les formes différaient d’un étage ou groupe d’étage à l’autre, et comportait au moins deux espaces hexagonaux et un espace plus petit de forme carrée ou rectangulaire. Ces indications favorisent l’hypothèse d’une tour eucharistique de style gothique, hypothèse renforcée par une chronique du prieuré de Rouge-Cloître écrite en néerlandais, Simpele waerheyd. Kroniek van Roodklooster, où l’on mentionne que le Roi Philippe II avait fait don d’une nouvelle tour eucharistique à l’église du-dit couvent en 1559.

 

D’autre part, les sources historiques et notamment l’Abrégé de l’Histoire ecclésiastique, civile et naturelle de la ville de Bruxelles et de ses Environs de l’Abbé MANN (édité en 1785) relatent qu’en 1572 lors des campagnes iconoclastes de la deuxième moitié du XVIe siècle des bandes de calvinistes avaient chassé les religieux des prieurés augustins de Rouge-Cloître et de Groenendael puis avaient dévasté et mis à sac les bâtiments conventuels. Ce n’est que des dizaines d’années plus tard que les religieux de ces institutions étaient revenus sur les sites pour rétablir les bâtiments détruits en style baroque. Il est assez logique d’imaginer qu’en un premier temps les débris de sculpture qui jonchaient le sol de l’église de Rouge-Cloître aient été enlevés et enterrés et qu’ultérieurement le mobilier abîmé encore en place - dont la tour eucharistique - ait été démonté en vue de récupérer les pierres intactes.

Lors d’une étude comparative il s’est avéré que notre matériel présentait de nombreuses similitudes ornementales et architecturales avec les tours eucharistiques de l’église collégiale Saint-Pierre à Louvain et celle de l’église Saint-Jacques  également à Louvain, toutes deux de style gothique et construites en pierre d’Avesnes. Toutes deux épargnées lors des campagnes iconoclastes de l’époque. Il s’agit en fait des seules tours gothiques eucharistiques encore existant en Belgique actuelle. Il faut cependant remarquer que les dimensions de la tour eucharistique de Rouge-Cloître semblent avoir été bien moindres que celles impressionnantes des tours eucharistiques de Louvain. Il est vrai que le volume de l’église salle du couvent était loin d’être comparable à celui des églises susmentionnées.

 

tour euch. St-Pieter Louvain.jpg

Tour eucharistique de la collégiale St Pierre à Louvain

 

Tour ou tourelle eucharistique: tabernacle monumental richement sculpté, véritable modèle réduit de flèche gothique. A l’origine le tabernacle était une petite armoire à hosties installée dans une niche dans l’enceinte nord du chœur. Les tourelles eucharistiques datent du milieu du XVe siècle. Elles étaient nombreuses è l’époque, notamment dans nos régions, en Allemagne et dans le nord-est de la France. A partir du XVIIe siècle la plupart de ces tourelles sont devenues obsolètes et ont disparu progressivement. De telle sorte qu’actuellement les tourelles eucharistiques sont devenues une rareté.

11:52 Écrit par dr Yves Goffin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.